Projet de vie: on déménage… Enfin… en principe!

Ceci est un billet comme je n’en ai pas l’habitude de faire… Besoin de vider mon sac de stress, et de vous raconter le “parcours (gentil) du combattant” quand on décide un jour de…

Vendre son bien immobilier et d’en acheter un nouveau!

On y pensait depuis quelques temps sans trop oser le faire, et puis un jour, on s’est lancé. On a mis en vente notre appartement!

(Ca, c’était à l’automne!)

Cela faisait 10 ans qu’on habitait là. Émotionnellement, ce n’est pas rien. Ce fut notre premier achat, quand nous étions un jeune couple! Nous l’avons retapé à la sueur de notre front, petit à petit pour en faire notre nid. Carrelage, salle de bain, électricité, fenêtres, cour, parquets, cuisine. Abattre des murs, en remonter.

Demande en mariage au-dessus d’un berceau bleu et blanc.

Émotions.

Pendant la grossesse de ma 2e, cassage de plafonds, plus de toit, construction du duplex avec salle de bain supplémentaire et chambre… Impressionnant.

A l’arrivée de la seconde, rien n’était prêt. Elle a dormi dans son “Cocoonababy” dans le dressing, au milieu des chaussures, pendant quelques semaines. Ca nous faisait rire.
Là sont les premiers pas. Là, les disputes. Les joies. Les mauvaises nouvelles, comme les bonnes. Les habitudes.
Les allers et retours de tout un quotidien.
“Chui en retard”, porte qui claque ponctuent les matins.
Porte qui claque, “A la douche!” pour déclencher les habitudes du soir.

Et puis voilà, envies d’ailleurs. Si j’avais pu, j’aurais changé de région. Sans partir de France non plus, car je suis une aventurière type “chemin goudronné et plat”, plutôt que “forêt amazonienne”!

En fait, on voulait “juste” une maison avec un jardin!

Première étape: Mettre en vente son appartement.

demenage

Ca a du bon les cartons, pour faire une cabane!

Ca, ce n’est pas rien. J’ai eu comme l’impression de me jeter dans le vide, sans filet! Lâcher notre chez-nous. On se lance.

Vendre en direct, mettre sa petite annonce sur Le Bon Coin. Trouver une agence immobilière, réglo et sérieuse. Annonces en ligne.
Attendre les coups de téléphone, les prises de rendez-vous. Savoir dire non aux autres agences qui vous demandent expressément votre bien en gestion, et redire non quarante-cinq fois aux relances.
Astiquer son appart’ pour chaque rendez-vous, pour donner envie aux visiteurs. Commencer à ranger le surplus, épurer la déco! Re-nettoyer. Re-ranger. Faire re-visiter.
Période où l’on espère, où l’on doit être hyper disponible pour les acheteurs potentiels. L’on est déçu lorsque les personnes n’aiment pas. (Même si l’on sait, on l’a lu dans les livres, tous les goûts sont dans la nature!)
L’espoir grandit si l’on est recontacté pour une contre-visite! De nouveau déçus quand finalement, il ne se passe plus rien. A force, c’est comme si l’appartement était un prolongement de nous-même. A travers lui, on se sent jugé. “Il est trop ceci”, ou “pas assez cela”! Grrr!
cabane en cartons

Émotions donc dans l’attente de la venue des futurs acheteurs.

Deux mois plus tard, nous avions une proposition d’achat, que nous avons acceptée. Un homme seul, retraité, qui souhaitait nous en mettre plein la vue car il disait “payer comptant”. Pendant plusieurs jours, il nous a appelés, a demandé de nombreuses précisions à l’agence. Il voulait mesurer tel mur, il voulait revoir telle pièce. Il a exigé son notaire. Puis, il a exigé que l’on parte très rapidement, en faisant sauter tous les délais. Nous étions stressés mais nous voyions notre projet avancer à grande vitesse. Nous avons donc obtempéré. Nous nous sommes mis en recherche d’une maison, pour trouver le plus vite possible.
J’étais très stressée à l’idée de nous retrouver sans rien pendant de longs mois. De chercher en vain. Parce qu’en fait, oui, je trouvais, mais il nous manquait quelques 200 000 euros dans l’escarcelle! Tout compte fait, nous avons trouvé la maison rapidement. La superficie, le quartier, le jardin, le style.
Quatre jours avant de signer le compromis (qui avait été décalé à cause des vacances de Noël et jour de l’An), ce “monsieur” (remarquez ma politesse) s’est rétracté dans sa promesse d’achat. C’est son droit, vous allez me dire… Mais après avoir été autant disponibles pendant tant de jours, l’avoir écouté, accueilli, souffert de ses réflexions plus que hautaines et désagréables, la moindre des choses aurait été de tenir parole. La raison invoquée était que ses meubles ne rentraient pas.
Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt? Pourquoi avoir autant attendu et avoir autant exigé?
Nous avons souffert (tout comme l’agent immobilier) de son manque de savoir-vivre, de sa prétention (de ses mensonges?)…
Nous avons dit adieu à la vente, et par le même coup, à la maison espérée, ne voulant en aucun cas contracter un prêt relais (La meilleure façon de payer double prêt).

Émotions donc. Déception, et sentiments de revenir au point de départ.

Je nous suis vus comme dans une sorte de jeu de l’Oie géant! Je vous assure!

Lancez le dé. Vous avez fait un double. Vous avancez. Vous rejouez. Vous avez fait 3. Vous tombez dans un puit. Retournez à la case départ!

Et puis, un jour, un rendez-vous est pris en direct. La visite se fait entre midi et 2. Les gens accrochent. Contre-visite. Réflexion. Proposition.

Et…acceptation de la proposition. (Oui, une proposition que l’on accepte, où l’on n’a pas l’impression de brader un matelas un jour de soldes au marché du coin)

Démarches pour vendre

Avant de vendre, il faut d’abord payer. Oui, vendre, c’est payer!

Il faut payer un diagnostiqueur pour certifier à l’Acheteur, que le bien est “à peu près” sain! Une liasse de documents pour la Loi Carrez, pour les dépenses énergétiques, les termites, les risques inondations, glissements de terrain, plomb, amiante. Le genre de chose “obligatoire”, qui file la frousse si l’on se met à lire attentivement… L’agent immo nous avait conseillé Activ’expertises. Et nous n’avons pas été déçus. Très gentils, efficaces, rapides. Possibilité de prolonger la durée de validité des documents gratuitement, car certains ne sont valables que 6 mois! coût: 525 euros.
Il faut payer environ 250 euros (cela dépend des syndics) pour avoir un “Arrêté de comptes” le jour du compromis de vente! Le syndic vous signe un document comme quoi tous les co-propriétaires de l’immeuble sont à jour de leurs charges. Oui, ce papier vaut 250 euros.
Sachant qu’il faudra repayer 250 euros au syndic le jour de la vraie date de signature de vente définitive, pour un nouvel “Arrêté de comptes”….
Il faut donc que tout le monde ait ses paiements de charges de copro à jour.
Paie également ton semestre de charges. Coût: 700 euros. (remboursé au prorata le jour de la vente effective)
2 jours avant la signature du compromis, la clerc de notaire nous annonça que nos plans étaient faux, qu’il fallait faire intervenir un géomètre expert pour refaire tous les plans de l’appartement. Clause suspensive de vente. Coût: 1105 euros. (Bon, ça, c’est peut-être que pour nous, pour notre côté “pas de bol”. Selon les prestations, le tarif peut être plus bas) Et, réunion extraordinaire de syndic, avec obligation que tous les copros soient présents ou aient donné leur pouvoir. Pas du tout stressant.
Faire réviser sa chaudière. Coût: 122 euros.

Lancez les dés. Vous avez fait un 4. Vous vous arrêtez à l’hôtel et passez un tour!

caves du 41

Certaines passions peuvent être un atout pour déménager…

Deuxième étape: Acheter!

demenage

Une fois que nous avions la “à peu près” certitude que nous étions en train de vendre notre appartement, nous nous sommes mis en quête active d’achat. Appeler pour demander des informations à propos d’un bien, prendre rendez-vous, espérer, visiter, être déçu.

Lancez les dés. Faites un 2. Avancez. Votre oie va à l’hôtel. Passez un tour.

Il a fallu se rendre à l’évidence: nous n’aurions pas la maison de nos rêves dans le quartier de nos rêves, à Nîmes. Les prix sont fous!
Nous avons visité des biens plus qu’humides, en bord de route, étriqués, avec beaucoup de vis-à-vis… Un seul pas dans la maison visitée, et nous savions que ce serait non.
julie lab

Comme un poisson hors de l’eau!

Puis, un jour, El Hombre me montra surexcité l’annonce d’une maison dans un village à côté… Il adorait! Les photos montraient une maison avec beaucoup de cachet, rénovée avec goût. Fer forgé, voûtes, plantes grimpantes. Il insistait pour la visiter. Nous avons donc pris rendez-vous.

Le charme opéra immédiatement. Des Anglais avaient rénové les lieux. Cour intime, pierres apparentes, pièces spacieuses, volets en bois peints de bleu.

Visite et…contre-visite. La même semaine, nous faisions une proposition d’achat et je participais au mouvement pour travailler dans le coin!

Nous avons quand même réfléchi, pesé le pour et le contre d’un tel choix de vie. Passer du centre-ville à la vie de village, pas de jardin, mais une grande cour. Une maison ancienne, et pas de neuf.
Pour mon mari, des trajets plus longs pour aller au boulot.

Mais à chaque visite de la maison, la même quiétude nous envahissait! On se sentait en vacances, loin de l’agitation criante de la ville.

On était juste bien.

Un copain nous a conseillé un super courtier, qui a été d’une efficacité redoutable! Par le passé, nous avions renégocié par nous-même le taux de notre crédit et les démarches avaient pris des plombes, il y avait toujours un problème.
Certes, un courtier, on le paie (500 euros), mais nous ne nous sommes occupés de RIEN! Nous avons eu un très bon taux. Il a fait tout ce qu’il avait promis, il a tenu tous les délais! Il a été le lien idéal entre la (nouvelle) banque et nous.
Dans notre parcours du combattant, nous avons dû signer notre compromis d’achat en 2 temps, car pour les Anglais non plus, le plan de la maison ne correspondait pas au cadastre. Il a fallu venir au cabinet notarial, être déçus, revenir. Se prendre la tête avec les avocats anglais pour que l’actualisation des plans se fassent à leur charge (comme nous pour l’appart’).  Se dire enfin “Check”!

Lancez les dés. Faites un cinq. Le bout du tunnel n’est pas si loin!

bateau en carton

En route vers de nouveaux horizons!

Nous avons rencontré le monsieur Anglais, adorable. Il était d’accord pour vendre sa maison meublée (Moins de frais de notaire pour nous; pour eux, moins de frais de déménagement et de taxes). Retraité, peu importait la date de signature. Début juillet lui convenait. Nous allions trouver un arrangement avec notre acheteuse. Nous nous sommes mis d’accord pour signer définitivement le 6 juillet pour un déménagement le week-end du 8….
Quand tout à coup…!!
Alors même que la Dame anglaise était en lien avec ses avocats et notre notaire, elle prit ses billets d’avion pour passer des vacances dans le Sud de la France fin juillet….
L’agent immobilier essaya de la raisonner, de lui dire qu’il n’avais jamais été question de signer fin juillet. Le monsieur anglais proposa gentillement que l’on garde la date du 6, et que l’on mette leurs quelques affaires de côté pour le jour où leurs déménageurs viendraient les récupérer. Elle s’en offusqua et se braqua contre son mari.. Elle n’en démordit pas.
Le notaire tenta de lui dire qu’une famille en France allait se retrouver à la rue, avec les meubles et les enfants, pendant 3 semaines, elle resta le menton haut.
Notre compromis mentionnait une date butoir du 21 août, elle était dans son droit. La clerc de notaire proposa alors une signature définitive le vendredi de ses vacances, mentionnant le fait que mon mari travaille et que ce serait plus simple pour nous… Elle a alors décalé la date au lundi 31 juillet…
guêtres en carton

#vivresouslespontscestbon

Aujourd’hui, nous sommes normalement dans la dernière ligne droite de notre projet immobilier! Si tout se passe bien, nous signerons notre vente définitive dans 4 jours. Nous déménagerons le week-end du 8, pour entreposer nos affaires quelque part (à ce jour, le lieu reste à définir). Mes parents nous ont proposé de nous héberger pendant le mois de juillet… Nous devons signer le 31 juillet. Nous emmenagerons le 31 ou le 5 août, ou….nous le saurons un jour!

Lancez les dés. Faites le nombre juste pour avoir le droit d’arriver sur la case Gagné!

Cela fera 9 mois que nous nous sommes lancés dans ce projet immobilier. Heureusement que nous ne nous sommes pas lancés dans la construction avec la quête effrénée d’un terrain et d’un suivi de chantier.

Je n’ai qu’une hâte, c’est que ça s’arrête, qu’on pose nos meubles et qu’on trouve nos marques dans cette nouvelle vie!

Là où je suis dégoûtée, c’est qu’au départ, c’était un projet très positif, enthousiasmant, et il a été pourri tout le long par des problèmes. A chaque fois que l’on commençait à se réjouir, un nouveau problème survenait, nous remettait la tête sous l’eau. J’ai donc appris à ne pas laisser exploser ma joie. Et ça, c’est très frustrant.

Ces déboires ont cela de positif:

Nous, la simplicité, on n’aime pas trop ça. Ce n’est pas trop notre truc! Là, on est dans notre élément!!

Avec mon mari, nous avons été très soudés, nous nous sommes énormément soutenus l’un et l’autre.

Ce ne sont que des soucis matériels…

De nombreux amis nous ont proposé leur toit pendant ces jours de flottement…

On va avoir droit à un double déménagement: Je vous raconte pas les biscottos qu’on va avoir! ;)

Merci les amis, merci les parents d’être là.

Julie Lab.

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 comments

    • Julie Lab says:

      Rho oui! Je ne pensais pas (naivement) à ce point! en fait, si l’on achète simplement, c’est un chouia plus simple quand même, même si je connais certaines personnes qui ont eu de grosses désillusions aussi…
      Je croise les doigts pour que ça finisse bientôt..

    • Julie Lab says:

      Oui, c’est un véritable chamboulement. En plus je change de lieu de travail et les enfants iront aussi dans une autre école. Il n’y a que el hombre qui continue de travailler au même endroit!

  1. matchingpoints says:

    Une période pénible que nous avons vécue aussi, en plus notre maison était en construction – il y a pas mal d’années déjà.
    L’histoire se répète, une de nos filles est en train de vendre/acheter, et nous revivons tous ces tracas.
    Bonne chance à vous pour la suite – c’est fou qu’il existe des personnes si “indélicats” !

    • Julie Lab says:

      Je ne sais même pas dans quel état de nerf je serais si j’avais dû faire construire!!
      Beaucoup de personnes égoistes se fichent de considérer les autres; de “voir” que leurs décisions (caprices) ont des répercussions sur la vie des autres. Je suis de plus en plus intolérante au manque d’empathie, à “Après moi le déluge”…
      bon courage pour votre fille!

  2. jenychooz says:

    Que d’aventures et de péripéties !!! Nous aussi on a eu des histoires surtout avec la banque qui faisait trainer le dossier pour que les taux remontent …
    Bref on a réussi à avoir notre maison et c’est que du bonheur
    Biz Jeny

    • Julie Lab says:

      Hâte d’en avoir terminé et de pouvoir parler au passé comme toi!!
      nous vraiment, jusqu’à maintenant, le seul point qui n’a jamais dysfonctionné ;c’est la banque..Mais c’est parce qu’on a eu vraiment un courtier au top…ils sont rares (on est déjà passé en direct avec la banque, c’était très foireux et on a déjà eu un courtier mais moins efficace que celui ci!)

      bises!

  3. notrecarnetdaventures says:

    Coucou ! Merci pour ton commentaire sur notre blog, à notre tour de venir :) Tout d’abord, on a beaucoup apprécié le ton de l’article, et c’est plutôt rassurant pour toi que tu l’ais pris avec humour ! Anthony est ancien agent immobilier, il aurait pu t’aider ? :p A bientôt, et continue d’être aussi positive ! Bon courage dans cette nouvelle page du livre !

    XOXO LOVE

    Noémie

    • Julie Lab says:

      Obligée de le prendre du bon côté quand les éléments sont contre toi! A chaque fois que l’on s’est démené pour résoudre un problème, il nous en arrivait un autre! Vendre-acheter dans le même temps n’est pas simple!!
      A bientôt sur nos blogs respectifs! :)

  4. Lice says:

    Une sacré histoire tout ça.
    Un vrai parcours du combattant mais je suis sur que vous allez être heureux dans votre nouvelle maison et vous ne regretterez pas :)
    Toute façon, je pense qu’on y passe tous un jour!
    Bises

Laisser un commentaire