MAUS, lecture poignante

Pendant les vacances de février, on s’est fait un week-end en famille à Toulouse. Mi hombre est originaire de la ville rose et, il nous arrive régulièrement  de venir faire un tour dans les rues de la capitale du sud-ouest. Aller-retour plutôt rapide, avec un objectif cette fois-ci:

“Faire les canards”.

Derrière cette expression se cache une activité typique terroir français! On se regroupe à plusieurs personnes pour cuisiner des cuisses, des magrets, des grattons et des foies gras et on les met en bocaux! A nous le bout d’canard fermier à n’importe quel moment de l’année! (C’est très sud-Ouest, hein, comme activité?!)

Heureusement que Pamela Anderson n’est pas venue faire un tour par là, sinon elle aurait tourner de l’oeil au milieu de ces “ateliers” canardesques!

Lorsque nous venons en week-end à Toulouse, nous avons un petit plaisir: nous allons nous perdre dans la librairie Ombres blanches. On sait quand on y entre, mais on ne sait jamais à quelle heure on en sort…

Ombres blanches, c’est la quintessence de la culture livresque. Cette librairie incroyable est aussi bien achalandée en littérature française, qu’en jeunesse, ou en littérature étrangère. B.D, S.F., fantasy, psychologie, tout y est!
Ils programment des rencontres avec des auteurs, des conférences avec des chercheurs ou critiques. Il y a une vie culturelle qui me fait baver d’envie, tellement j’aurais envie d’y participer. Vous savez? La soif d’apprendre! Le désir d’approfondir tout ce que j’ai pu effleurer lors de mes études…
J’avais déjà évoqué une de mes lectures, découverte en ce lieu de perdition, California Dreamin‘, de Pénélope Bagieu et me voici de retour avec une lecture sacrément marquante…

MAUS de Art Spiegelman.

Maus édition 25e anniversaire

J’ai choisi ce bouquin sur un coup de tête, faut l’avouer. Attente à la caisse, le regard erre le long des rayonnages. L’installation près de cet endroit stratégique, c’est la pire. On attend, les yeux se perdent sur des couvertures bariolées. Le bras se tend tout seul pour prendre un livre, et on feuillette tout ce qui se trouve à notre portée. Ben oui, on est là, alors on peut bien regarder innocemment ce qui s’y trouve… Puis l’on gratifie d’un grand sourire la dame à la caisse avec le dernier livre atterri sur la pile déjà bien haute d’ouvrages sélectionnés!

Voilà. MAUS est avec moi. C’est l’intégrale aux éditions Flammarion. C’est une édition spéciale qui marque les  “25 ans” de sa publication. Couverture cartonnée, douce, tissu noir sur la tranche. Ca compte le contact avec l’objet-livre!
Quasi ignare, je ne connaissais pas cet ouvrage, récompensé par le prix Pulitzer, en 1992. Les souris, le fond rouge sang, la croix gammée en première de couverture. En quatrième de couverture, des critiques de Umberto Eco:
Maus est un livre que l’on ne referme pas, même pour dormir. Lorsque deux des souris parlent d’amour, on est ému, lorsqu’elles souffrent, on pleure”,
ou de Le Point:
“Pourquoi cette “simple” bande dessinée est-elle un grand livre? Parce qu’elle est à la fois récit issu de la mémoire et essai sur la mémoire”.
Pour finir, Télérama:
Maus, c’est l’histoire du voyage au bout de la nuit d’un juif polonais, le génocide à la première personne. Une B.D pour ne pas oublier”.

Maus, 4e de couverture

J’ai sacrément dû bien faire de craquer! :)

Art Spiegelman nous raconte au travers de sa bande dessinée l’histoire de son père Vladek rescapé d’Auschwitz. Mais 2 histoires sont en fait enchâssées:
  • Celle de Artie enregistrant Vladek,  père vieillissant; ses relations tendues avec lui, les écueils d’une vie entourée de fantômes et de culpabilité (lui est là, bien vivant, n’ayant pas vécu la Shoah), à la fin du XXe siècle.

  • Celle de Vladek jeune, luttant inexorablement contre la mort, le parcours de l’horreur durant la Seconde Guerre Mondiale, l’Holocauste.

Les dessins sont en noir et blancs. Les Juifs sont des souris (Maus en allemand), les Allemands des chats, les Français des grenouilles. Les premières parutions se font en épisodes, dans les années  1972 et 1980, principalement dans le magazine américain RAW, tenu par Spiegelman et Françoise Mouly. Ce ne fut qu’un peu plus tard que les différentes parties furent assemblées en 2 tomes..pour n’en faire qu’un  seul aujourd’hui.

Des dessins, transparaissent les tensions, la noirceur des âmes, le malheur. Le fait de n’avoir que des animaux en guise de personnages déshumanise encore un peu plus les acteurs de cette tragédie. (Jusqu’à la fin où une vignette tranche avec le reste du livre, et interpelle. Je ne vous en dis pas plus si jamais le livre vous tombe entre les mains!)

Je suis satisfaite de posséder MAUS dans ma bibliothèque. Satisfaite car, en l’achetant et le lisant, je pense faire perdurer la Mémoire de tous ces gens, des histoires personnelles et l’Histoire. Parce qu’il ne faut pas oublier ce qu’il s’est passé, ne pas amenuiser, ne pas relativiser. Parce que je le laisserai à disposition de mes enfants lorsqu’ils seront plus grands. Apprendre. Savoir.
Etre vigilant.

L’album est considéré comme 2e place dans le classement des 50 BD essentielles établi par le magazine Lire. 

Combien de fois me suis-je demandée: “Et si ça avait été toi? Tu serais morte au bout de combien de temps?”

Julie Lab.

GENOCIDE: Un génocide est un crime qui consiste en l’élimination physique intentionnelle, totale ou partielle, d’un groupe national, ethnique ou religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que ses membres sont détruits ou rendus incapables de procréer en raison de leur appartenance au groupe. Le génocide peut être perpétré par divers moyens, dont le meurtre collectif, direct ou indirect. Certains juristes et historiens précisent la définition, estimant notamment que le génocide est systématique et programmé. (Définition Wikipédia)

HOLOCAUSTE: Un holocauste (grec ancien : ὁλόκαυστος ; de ὅλος, entier + καύστος, brûlé) est le sacrifice par le feu d’un animal. Pratiqué par les Grecs dans le cadre des rituels chthoniens, il l’est aussi dans la tradition israélite. Utilisé dès le xixe siècle dans les langues française et anglaise pour désigner le meurtre à grande échelle d’un groupe social ou ethnique1,2,3, il devient l’un des termes parfois employés après la Seconde Guerre mondiale pour nommer le massacre systématique et ciblé des Juifs par l’Allemagne nazie. Celui de « shoah » devint plus répandu ensuite en Europe suite au film documentaire éponyme de 9h30 de Claude Lanzmann diffusé au cinéma en 1985, et plus tard adapté en série télévisée. (définition Wikipédia)

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 comments

  1. Manon says:

    Maus est vraiment génial, une fois le nez dedans impossible pour moi de m’en déscotcher jusqu’à l’avoir lu en entier.. Instructif et passionnant!

  2. Midori says:

    Effectivement ça doit être bouleversant comme lecture ! Je connais ce livre depuis un bon moment mais je n’ai jamais eu l’opportunité de le lire…pourtant il m’a l’air vraiment bien (faudra que je me le procure !).

    Merci pour ton compte rendu !

    Des bisous

    Mido.
    http://www.bowsome.com/

    • Julie Lab says:

      Oui vraiment ce comics est top! L’atmosphère tendue va crescendo, jusqu’à une sorte de paroxysme infernal, pour ensuite redescendre..Tout ça alors qu’au départ,ce bouquin paraissait en épisodes…Il est très fort ce monsieur Spiegelman! :)

Laisser un commentaire