Le lacher prise : ou comment dire non à la quete de la perfection

Coucou mon ptit renardeau,

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été une perpétuelle insatisfaite de la vie.

Ok,  je sais bien que j’ai des circonstances atténuantes, mais toujours est-il, que bien d’autres ont un vécu similaire voire BIEN plus compliqué, et qu’ils arrivent parfaitement bien à être heureux et à savourer la vie telle qu’elle leur vient. Pourquoi pas moi? Pourquoi je me pose toujours tout un tas de questions, du pourquoi du comment, de ce qui aurait pu être, du c est bien mais pas top, pourquoi eux et moi jamais etc etc…

Ce genre de questionnement est un vrai supplice dans le quotidien… On passe son temps à vivre dans l’angoisse, dans la peur, dans la déception et l’insatisfaction… Au final, on passe sa vie à se mettre la rate au court bouillon, sans réellement chercher de solution… On subit sa vie au lieu de la savourer.

Mais depuis quelques temps, après une année 2015 particulièrement violente moralement, pour l’angoissée perpétuelle que je suis, quelque chose à changé.

Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite, pour être franche.. Les choses se sont faites seules, discrètement, en sous-marin.. et c’est en prenant un peu de recul que je m’en suis rendue compte assez récemment :  Je lâche prise. 

C’est un peu un terme tendance en ce moment, je vois beaucoup de mes amis sur les réseaux sociaux, qui y tendent ou qui en rêvent, et c’est ce qui m’a permis de mettre un mot sur ce changement qui s’opère.. L’approche de la quarantaine que je continue à vivre comme un gros mur géant y est peut être pour quelque chose.. La maturité tardive peut être? La sagesse?  Ou bien une année 2015 (avec une fin 2014 atroce) tellement dégueulasse, que tout ce qui arrive aujourd’hui me semble sans intérêt .. Va savoir.. toujours est il que c est en train d’arriver.  De toute façon, j ‘ai décrété que 2016 est une année bissextile et que c’était signe de grand changement (cherche pas c’est mon mantra)

Ok t’es mignonne Brie, mais comment tu fais? 

Je crois que tout à commencé quand j’ai attaqué une sévère Konmarisation chez moi. $

GNEEEE ?? une konmaquoi? 

Konmarisation, c est un terme super moche, pour parler de la méthode de Marie Kondo, pour faire un tri DRASTIQUE dans son chez soi. Souviens toi, j’en ai parle ici même (et sache que mon armoire est toujours parfaitement bien rangée depuis c est un truc de oufizor du slip quand on me connait ).

Bref j’ai commencé à vider la maison.. d’abord les vêtements, puis les produits salle de bain, le linge de maison.. les jouets. jeux, les livres… Je n’ai pas encore fini, mais j ai tout de même tellement fais du tri, que j ai des étagères avec un panier vide dedans, et rien d’autre parce que j ai réussi à me délester de choses devenues inutiles.

Tiens, pour la parenthèse, hier en rentrant du boulot (oui oui je bosse je t en parle un poil plus loin ok? ) comme j avais fini tôt, j ai pas posé mes roues pour VIIIITE trier ce fucking placard de l’entrée dont les 2 étagères du haut débordaient de merdouilles en tout genre, de matos info obsolète, voire en panne (WTF ? ) de boites vides et de boulets que j avais ramené d avant notre emménagement jamais rouvert depuis (11 ans qu on est la mon vieux … ) . Cela m a pris 1 h en gros nettoyage compris.

Le truc de fou, j’ai retrouvé une boite déglinguée dans laquelle se trouvaient des papiers de mon ancienne vie, avec mon ancien “mec” (note les guillemets . Bref, comment était il foutrement possible que je possède encore des trucs pareils???? j ai ouvert, regardé vite fait (très vite fait des fois que cela me donne ebola tu vois) et plouf : POUBELLE, et ainsi de suite… de trucs en trucs de boites en boites, j ai balancé des bouts de ma vie, dans leS sacS poubelles , (rien à vendre ou à donner, que des merdes sauf un clavier d ordi que j ai posé SUR le container en libre service pour quelqu’un qui pourrait être intéressé) et j ai descendu ça en 2 voyages.

De retour à la maison, j ai parfumé mon placard avec quelques huiles essentielles (lavande ma HE doudou ) j ai admiré.. j ai souri, et j’étais ZEN.

Et ce processus la , a été fait un peu partout dans la maison .

Je me suis rendue compte qu’au fur et à mesure que je vidais les placards, ma tête suivait ce même cheminement. (Non pas que je n’ai rien dans le ciboulot jte vois venir petit coquinou)

Ma quete du Graal était elle dans ce tri? Eest ce que ce tri avait agit comme une thérapie?

Je ne sais pas, mais toujours est il que ça a été l’élément déclencheur d’un changement vraiment dingue dans ma perception de ma vie.

HUM… ok donc t as laché prise en faisant le ménage? jme casse tu racontes que des conneries Brie 

Attends attends!! ne pars pas j’ai pas fini de t’expliquer ma vie (t’as 10 jours? )

Doucement, pendant que la Magie du rangement (hahaha ) opérait, dans ma tete s’est fait un autre cheminement.

J’ai commencé à me pencher un peu sur des astuces pour faire des petites économies, et essayer de trouver des solutions à nos perpétuels découverts (source de stress puissance over 9000 tu vois? ) Le jour ou on est arrivé tout comptes cumulés à plus de 3 chiffres j ‘ai manqué l’apoplexie, l’attaque , le bus dans ma face….  Et j’ai décidé de prendre les choses en main.

 

Et je suis tombée sur un groupe sur facebook, alliant économie, et minimalisme, le mieux consommer pour vivre mieux avec moins. Ça me parlait pas mal tu vois, parce-qu’après le tri japonnais, il restait plus grand chose (et encore j ai pas fini jte dis ! )

Longuement je les ai observées, lues, copiées.. je lançais un changement énorme dans ma vie sur ma façon de consommer.

Changement de regard sur la société, qui nous crée des besoins là ou ils n’y en a pas la place, créant en nous un éternel sentiment d’insatisfaction et de mise à l’écart du groupe que les lobbys ont pris soin de mettre en place pour mieux nous contrôler (Orwells si tu me lis, saches que tu étais un génie)

j ai commencé à devenir presque allergique à la Réclame.. on appelle ca de la publicité, mais le mot réclame est clairement plus adapté non? Je me suis sentie agressée par les affichages, les images, les pubs tv, radio, spam en tout genre… A chaque fois que je reçois ce genre de chose j ai comme un mec taré qui se mets à hurler dans ma tete : ACHETE ACHETE ACHETE CONSOMME ACHETE DEPENSE !!!

(Crowley mon idole )

J’ai mis nos comptes à plat, fais des budgets, commencé à regarder un peu comment faire des courses plus optimales, en mangeant plus de bio, (et j ai réussi à couper mon budget en 2 et à avoir quasiment que du bio jte jure (bon sauf la viande jsuis pas crésus, et suis pas végétarienne donc bon )

Et le truc de dingue? j ai reussi a mettre un peu d’argent de coté… le truc que je n ai plus fais depuis la naissance de mon fils… j’en ai frémis en regardant mon livret avec un peu d’epargne (bon un tout petit peu hein c est pas la fete du slip non plus )

Okay… Et ton boulot ?

Et ainsi de suite…. un changement de vie s’opère en douceur… et quand j ai décroché un emploi, pourtant difficile (je suis donc devenue aide ménagère , ça change de secrétaire de direction pas vrai? ) , à temps partiel, payé au lance pierre…. malgré un petit coup de mou les 2 premiers jours (la dégringolade sociale tu vois ) et bien cela me convient….

Pas par résignation vraiment, mais simplement parce que soudain ce genre de chose est devenu complètement secondaire. Et malgré la dureté de ce travail, j’ai trouvé le positif (oui ! moi) c est un cdi, la fin de droit est écartée, une échéance source de stress en moins.  Chaque matin je me réveille en me disant : quelle importance ce que tu fais comme métier? tu le fais, tu rentre chez toi dans ton terrier et tu profite du temps que le temps partiel t’offre, pour faire ce que tu veux, pour rester avec ton enfant les mercredis après midi, pour te dégager du temps à toi… Tu sais le truc qui n’a pas de prix en gros. Et je pense que je vais y trouver mon équilibre, malgré la complexité de gestion que cela engendre. Apres tout.. quelle importance?

L’avantage, c est que je rentre sans stress, j ai une activité physiquement éprouvante, mais je suis seule, je me gère, et je peux le faire tout en pensant à d’autres choses, en rêvassant et je ne ramène pas de stress (dead line, objectifs, patrons cons, collègues sexistes … ) à la maison.

Ca rend service à des gens (certains ont vraiment une vie compliquée et mon travail leur permet de dégager du temps pour ce qui leur est important), et je découvre des jolies maisons, que je contribue à rendre confortables… Ça me convient même si je sais que parfois je serais crevée, au bout du rouleau et blasée de ne rien faire de mieux .. le truc qui en fait arrive dans TOUS les emplois quoi.

Mwai… et rien ne te manque? 

Bah pour être franche? non. On arrive à remonter la pente de nos découverts, mais j ai réussi a faire en sorte de mettre en place une épargne régulière qui à terme va nous permettre de déménager, ET de rembourser nos (trop nombreux ) prêts qui nous polluent les comptes. Si tout va bien l’an prochain on pourra partir de cet appartement bruyant, sans stress financier.. Et peut être prendre le temps de trouver une petite maison (jumelle j ai pas les moyens pour plus mais on s en tape) et peut être avoir un petit carré de gazon ou je pourrai planter quelques petits légumes… On verra bien . Paris ne s’est pas fait en un jour.

Reste que nous aimerions partir un peu en vacances, c est plus compliqué, mais cela n’est plus impossible non plus (enfin quand j aurai des vacances quoi.. dans 1 an haha hum)

Et coté regrets? 

Et bien le cheminement est plus lent, mais je commence à tendre a renoncer à mes rêves pour vivre le moment présent.

Comme tu le sais, c est notre situation qui a mis un terme définitif à un second enfant. Le drame de ma vie de femme. plus jamais de vie dans mon ventre, plus jamais de premiers gazouillis, premiers pas, premier mot… C’est le poste le plus dur de tout ce travail d’introspection. Parce-qu il ne touche pas le matériel, mais les tripes. Cela étant, je commence à mieux le supporter, je ne pleure plus aux annonces de grossesses, j’arrive même à m’en réjouir (et je te jure qu’il y a encore 6 mois c’était chose impossible ) , d’ailleurs je n’en pleure plus du tout, je n’ai plus la boule dans la gorge quand j’y songe… je commence même à y trouver du positif…, mais j ai encore des rechutes. Je sais ceci dit que ca viendra.

BILAN? 

Le bilan est simple : sans le vouloir, j ai lâché la pression, j ai arrêté de toujours mettre la barre haute sur mes prétentions, j ai commencé à savourer ce que j ai déjà, et c est déjà bien plus que d’autres personnes moins bien loties dans la vie : j ai une famille : un mari dont je suis éperdument amoureuse qui me le rend bien (même s’il est super casse boulettes a brailler comme un cochon qu on égorge quand il joue sur ses jeux vidéos (coucou mon no life) , un petit garçon de presque 8 ans, qui m’épate chaque jour : calme, sage, plutôt ordonné, câlin, en bonne santé… et j en passe il est évidemment  parfait c est mon bébé ) , nous avons tous les 3 une bonne santé , chose si fragile , une appartement qui, bien que bruyant, reste confortable et assez grand pour nous 3, un véhicule neuf (ça parait consumériste (et ça l’est surement) mais c est un soucis de moins), une famille unie qui ne nous envahie pas et qui répond toujours présente pour nous (ça aussi ça n’a pas de prix ), nous travaillons tous les deux (même si c est pas le rêve, on a désormais cette chance), nous avons des amis proches, et un confort plus que raisonnable.

Bon sang, mais que nous faut il de plus au final?

RIEN

Bref. Je lâche prise et je suis heureuse , et ça mon petit churros, sache que c’est ma plus grande richesse.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments

  1. Christell says:

    coucou Brie,
    on se connait de quelques groupes FB (dont celui que tu as cité). Je t’ai lue avec beaucoup de plaisir et je reviendrais.
    Tu peux vraiment être fière du chemin parcouru.
    Pour ma part, j’avais un boulot qui me générait énormément de stress (mais socialement “bien vu”) et je n’avais q’un rêve… vendre des crêpes dans une petite cabane en bois.
    Je n’ai pas eu le courage de tout lâcher (Par contre j’ai craqué au boulot, dit “merde” à tout le monde, et il m’ont redonné le même poste dans un endroit tout choupi avce des gens adorables… ma vie a changé. Moralité, si j’avais continué à encaisser… j’y serais encore).
    Pour les finances, je crois que c’est le premier pas qui coûte comme on dit… après on devient plus vigilente, on s”‘accroche” et au finale on lâche plus rien.
    ex, en novembre/déembre, les impots ont fait une erreur de 1000€, qu’ils ont retiré en deux fois sur ma paye. Quand je suis allée les voir, ils m’ont dit “oups, on s’est trompé, mais on peut plus rien faire”
    Avant… je me serais résignée… ben là, non, j’ai pété un cable, crié, dit que je ne partirais pas, suis revenue le lendemain, etc.
    Iet…ls m’ont recrédité mon argent…
    maintenant, je garde un oeil sur mon fric… et gare à celui qui veut me le piquer !

  2. blablabambini says:

    Je découvre ton blog (pourtant, je t’ai déjà vue un peu chez les luluberlues, et puis depuis peu sur la page Konmari), moi aussi ça me fait du bien, de mon côté, j’ai l’impression d’être plus légère et d’avoir plus d’énergie pour faire plein de trucs. Comme quoi, c’est quand même un peu magique. Merci pour ce bel article et bon courage pour la suite !

  3. Camille says:

    Bonjour Brie, je découvre ton blog grâce au cheveux de Mini (la cure de gingembre) et ce post m’a beaucoup touché. Merci d’avoir pris le temps de l’écrire. Le partage d’expérience est précieux et ton cheminement vers ce fameux “lâcher prise” résonne en moi d’une manière familière, ça me donne le courage de continuer le travail sur ce qui est essentiel dans ma vie et de me détacher de tout le reste. Bonne continuation! et merci encore :)

Laisser un commentaire