Quand la vie bascule : La Valse des EVS

Je suis.. J’étais une EVS (sisi souviens toi de mon premier article « journal d’une EVS » datant d’il y a presque 1 an jour pour jour..)

J’avais un article écrit à la main sur un bout de feuille dans lequel j’avais jeté ma colère, mon incompréhension.. Mais jte le garde pour un jour ou je serai moins bouleversée pour réussir à l’écrire intégralement… sans erreur, sans maladresse. Là je vais te parler de ce que j’ai sur le cœur.. De ce qui y sera à jamais ancré.

Aujourd’hui c’était mon dernier jour. Là comme ça.. en plein milieu de l’année scolaire. Parce que les contrats sont mal fichus (et non respectés)  et ne prévoient pas que les années scolaires ne durent pas 12 mois.

Une année et demi au sein d’une petite école de ma ville, celle où j’ai grandi. Certains parents d’élèves, je les avais moi même côtoyés dans la cours d’école il y a de ça quelques années.

J’ai eu le bonheur de m’occuper de leurs enfants, d’aider la formidable équipe pédagogique dans leur éducation (scolaire et sociale).

« C’est l école, pour que ne nous oublies jamais. » Clara 7 ans

Une année et demi, où j’ai appris à connaitre chaque enfant, je connais leur histoire en entier, je connais leur famille, je connais leur détresse pour beaucoup.

Une année et demi à être leur amie, leur éducatrice, leur confidente, leur distributeur de câlins, de bisous, de mots doux, de compliments. Je les ai aussi puni pour beaucoup, parce que parfois il fallait un peu d’autorité pour les orienter et leur montrer le chemin, le bon pour ne pas dérailler encore.

Une année et demi à rencontrer leurs familles, partager avec elles, les guider elles aussi quand il le fallait.

Une année et demi à être ce trait d’union entre la famille et l’Ecole qui sont si souvent en collision.

J ‘ai eu de la chance.. Une chance inouie d’avoir travaillé avec une équipe formidable. Des gens investis, des gens attentifs, des gens bienveillants pour ces 170 enfants .

1157393_712463875483139_1249394833_n

Pas un seul jour je  me suis levée le matin le mal au ventre avant d’aller travailler. Je savais que , malgré des journées parfois difficiles, parfois éprouvantes aussi, j’aurais mon lot de sourires, de douceur, de câlins. Mon lot aussi de mots gentils de mon équipe pédagogique. Intégrée comme une des leurs et pas comme une simple secrétaire de passage.

Pas une seule fois je n ‘ai eu a me plaindre de ce travail. Jamais.

J’ai toujours été si heureuse de voir mes ptits bouts le matin me dire coucou, me sauter dans les bras, se bagarrer pour un câlin, ou glisser leur main dans la mienne pendant que je les surveillais dans la cours.

Les enfants sont plus entiers, les enfants sont honnêtes, les enfants n’ont pas de complexes affectifs qui les rendent cons comme les adultes. Non…Les enfants, il te parlent, ils sont bruts de décoffrage, ils te disent qu’ils t’aiment la comme ça.. ouvertement sans attente de retour.

Ils vont me manquer..

Chahinez 7 ans : » j’adore quand tu me dis que j’ai de beaux cheveux et que tu portes toutes tes magnifiques boucles d’oreilles »

Aujourd’hui j’ai dû leur dire au revoir.. Je les avais préparés un peu ce mois de Janvier (surtout la CLIS, la classe spécialisée), pour adoucir le choc. Mais malgré celà ce fut une des journées les plus éprouvante de ma vie.

Un poème à la cantine, des enfants en larmes de 6 à 11 ans. Des abeilles dans la cours qui se sont jetées sur moi, à celui qui me dirait le plus fort combien je vais lui manquer, combien il m’aime, combien il est en colère contre moi de l’abandonner la.

Une récré compliquée, avec des enseignants émus aussi. Je n’ai pas su quoi leur dire.. Submergée par mon chagrin de laisser ce bout de moi la bas, dans cette petite école de Zup.

Je ne voulais pas faire le tour des classes, ne pas nager dans le Vaudeville, ne pas rendre les choses plus difficiles. Mais ils m’y ont obligée, ils avaient chacun préparé une petite attention pour moi avec leur maîtres et leur maitresses. Rude.Mais si doux à la fois.

Je ne suis pas sortie à 16h30 au portail, j ai un peu attendu au bureau, les yeux rougis par le chagrin . le sanglot prêt à éclater.. Je suis une sensible. J’ai la larme immédiate et facile… Je voulais les voir partir en sautillant et criant comme chaque jour.

Certains m’ont attendue devant le portail jusqu’à ce que je sorte, avec leur famille.

Un dernier câlin , un dernier bisous et la promesse de venir les voir de temps en temps. Pourquoi pas à la fête de printemps?

Je repars des kilos de dessins à la main, les joues recouvertes de baisers, les bras chargés de câlins, le cœur plein d’Amour pour tout ces enfants qui ne sont pas les miens.

Aisha 9 ans : « Je t’aime Hélène, tu as changé toute ma vie’

Je savais que ça arriverait, c’est ça la valse des EVS…La Valse à 3 temps… Des étoiles filantes dans la vie de vos enfants.

Plus qu’un travail, plus qu’un emploi précaire… En fait … Une des plus belles leçon de Vie.

Merci mes enfants, vous avez chamboulés ma vie. Plus rien ne sera jamais comme avant.

Enzo bientôt 10 ans.

A Toi Aisha, Noa, Matteo, Baptiste, Charles, Oceane, Verane, Clara, Valentin, Catherine, Thibaut, Nourhene, Antonia, Joseph, Nicolas, Maxence, Robin, Quentin, « petit »Paul, Pauline, Flora, Lilou, Vanessa, Ayoub, Sandro, Eva, Samuel, Charlene, Louann, Loane, Romane, Rémi, Corentin, Bryana, Lola, Louna, Azhra, Emma (ma douce Plume), Lila, Dorian, Théophile, Théo, Youssef, Yassin, Melda, Abir, Narmine, Audray, Marie, Ambre, Yasmine, Claire, Maureen, Tony, José, Adam, Adème,  et tous les autres … Tous, vraiment tous ♥♥ Ainsi qu’à la plus merveilleuse des équipes d’instit ♥ Merci

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 comments

  1. estelle says:

    Je suis de tout coeur avec toi…. Je ne peux que comprendre ce qui t’arrive.
    Etant moi même AVS avec un contrat qui s’arrête en août, je me pose la question de l’après… Est ce que je vais être reconduite? Et après que va t’il se passer pour les 2 petites dont je m’occupe. Pareil, j’ai de super rapport avec l’équipe enseignante avec laquelle je travaille, avec les petits des 2 classes où je suis… C’est difficile de se projeter « après »… Et ce boulot m’a complètement changé!

  2. maman au foyeah says:

    Tout ce que tu écris me touche beaucoup! Parce que ce billet parle de toi, de ton vécu avec sincérité! Malheureusement il montre aussi à quel point tu peux être motivée, aimée, bien faire ton travail….on t’empêche de bosser! Les emplois « précaires » sont essentiels et ils ne devraient pas être précaires ! Bref je suis dégoutée pour toi, mais je pense que tu sauras rebondir et surtout que cette expérience t’a enrichi ! Bisous

  3. Alexandra MamaChouch says:

    que d’émotions comme je te comprends !!! en tout cas tu as laissé des traces à jamais pour eux et eux seront à jamais dans ton coeur !! j’espère que tu seras reconduit là bas ou ailleurs pour faire encore plus d’heureux <3 bon courage !!!

  4. PATRICIA says:

    ça fait mal au cœur de lire tout cela et je comprends ta peine et ton chagrin mais dis toi quelle chance ces enfants ont eu de faire ta rencontre ! gros bisous ma belle et je te souhaite de retrouver du travail

  5. Djahann says:

    J’ai eu la chance de pouvoir finir l’année (- 4 jours, mon contrat finissait fin juin et l’école début juillet !). Par contre, je m’y suis mal prise. Je n’ai pas dit aux enfants que j’allais partir (pour me protéger ou ne pas leur faire de peine ? Les deux je crois…). Je suis juste passée dans les classes le dernier jour, en pensant que les maitresses leur avait peut être dit. Et là, quand j’ai vu certains visage déconfits, j’ai regretté d’avoir procédé comme ça. Je n’ai pas pu dire un mot à mes petits protégés, à ceux que j’appréciais particulièrement, à ceux qui avaient besoin de moi. ça m’a brisé le coeur, je l’avoue et je m’en suis voulue. On n’est pas irremplaçable, je me suis dit que les grandes vacances passées, on m’aurait oubliée et que ma remplaçante serait sûrement aussi attentionnée que moi.
    La professionnalisation est une bonne chose. Ma soeur est en 3ème année et a cet espoir pour l’an prochain (elle a une collègue déjà titularisée).
    Bon courage pour la suite

Et si tu me laissais un petit commentaire?