Chomeurs.. Ces travailleurs sacrifiés

CDD, CUI, CAE, Contrat d’Avenir, Apprentissage, Contrat de professionnalisation, VAE, Bilans de compétences, réorientation, reconversion, temps partiel subit, heures supplémentaires, ruptures conventionnelles, exonérations de charges patronales, SMIC, ASS, RSA… Ces mots.. Le quotidien de millions de travailleurs en plein naufrage professionnel.

naufrage

A l’heure où nous entendons parler de reprise, de baisse de chômage, les précaires, eux sont de plus en plus nombreux.

On nous enfume.

La plupart des chercheurs d’emploi en contrat fragile tel que le mien,  ne sont plus comptabilisés dans les statistiques mensongères du nombre de chômeurs (et non cela ne date pas des politiques en place actuellement.. )

Combien de gens dans ma situation ? Fin de contrat, fin de droits, sans aucun accès à des aides sociales permettant de faire le lien avec le contrat précaire suivant?

Combien de gens payant un fort loyer pour un appartement loin du luxe, payant des impôts, taxe d’habitation, remboursements de crédit contractés avant quand tout roulait, ou pour garder la tête hors de l’eau?

Combien de parents payant plein pot les cantines, périscolaire, centre de loisirs, nounou au prix fort, parce qu’ils sont toujours en dehors des fourchettes d’ayants droit?

Combien de personnes hésitant ou renonçant à appeler le médecin, ne se soignant plus ou peu par peur d’insolvabilité? Combien d’entre eux allant travailler malades comme des bêtes pour ne pas perdre ce qui leur reste de chances à être renouvelés par la suite?

Combien de dossiers en attente et refusés pour des demandes de logements plus abordables?

Trop.. Bien trop  et de plus en plus.  Des gens de toutes origines sociales se retrouvent dans cette situation sans fin.

Dans mon cas, pour illustrer avec un sujet que je maitrise, nous avons un contrat  dit « d’insertion » CUI pour les intimes.

En soi, une excellente idée, il permet de garder un pied dans le mondes des actifs, d’avoir une activité socialement acceptable, offrant même parfois la possibilité de se trouver une vocation, ou de toucher du doigt un univers professionnel passionnant. Pendant 24 mois… 20 ou 24 h par semaine selon les collectivités qui en usent (et abusent )

Un joli contrat.. Sur le papier.

Dans la réalité, tu es renouvelé tous les 8 mois.. bien souvent la veille pour le lendemain, ce qui, tu en conviendras, n’est pas vraiment pratique pour trouver une solution alternative à ton soucis de revenus. .

Dans la réalité, tu es coincé et enfermé dans un contrat que tu ne peux quitter que pour un CDI (ce cher disparu) ou pour un CDD.. de 6 mois minimum.  En substance, si tu trouves ce genre de contrat, ton CUI est suspendu et tu pourra le reprendre à terme, tu pourras partir sans préavis, du jour au lendemain sans problème. C’est pratique et facile c’est vrai.. Mais..

Peu d’entreprises ont recours aux longs CDD, ou alors il s’agira souvent de contrats de professionnalisation ou d’alternance.. accessibles aux moins de 26 ans.. les autres crevez la bouche ouverte, vous n’êtes pas prioritaires (j’ai presque envie de rajouter un « comme d’habitude » de circonstance, mais je m’abstiendrai )

Pour les entreprises qui signent encore des CDI, (il y en a encore quelques unes qui jouent le jeu, merci Patron ) elles passent souvent par des CDD de 3 mois, périodes permettant en principe de se faire une bonne idée de ta qualité de collaborateur.. Du coup ces opportunités sont complétement inaccessibles aux CUI/CAE.. Pour la réinsertion.. on repassera.

C’est mieux que rien..

Certes.. mais mieux, ne veux pas dire Bien

On nous parle de reconversion.. Ok.. Pourquoi pas… Comment se reconvertir alors que les droits sont échus (ou ridicules : actuellement j’aurais droit en sortant de mon contrat à 13 €/jours.. fais le calcul et dis moi si tu arriverais à vivre avec ça ) , Qui paiera les factures à la fin du mois pendant les études ou la formation?

Il existe des aides, souvent en provenance des Régions. Elles sont substantielles, et permettent de payer les inscriptions et les accès aux concours.. C’est une excellente chose, mais c’est insuffisant pour mettre un repas dans l’assiette de son enfant ou pour payer la facture EDF qui n’a de cesse d’augmenter.

C’est l’impasse.

CDD, CUI, CAE, Contrat d’Avenir, Apprentissage, Contrat de professionnalisation, VAE, Bilans de compétences, réorientation, reconversion, temps partiel subit, heures supplémentaires, ruptures conventionnelles, exonérations de charges patronales, SMIC, ASS, RSA…Le quotidien de millions de travailleurs volontaires… Mais sacrifiés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 comments

  1. Mère débordée says:

    De toute façon, si tu as entre 25 et 50 ans, c’est mort. La majorité des aides ne sont pas pour toi. TU peux effectivement crever la bouche ouverte, personne n’y fera rien.
    Bon courage, je suis dans la même situation que toi (sauf que j’y ai même pas le droit, au CUI…)

  2. Petite-Mam says:

    Comme ton article me parle. Avant de devenir parents, chéri avait un bon métier, nous avons décidé de fonder notre famille, et puis un jour plus de travail (moi je ne travaille pas), il s’est donc retrouvé au chômage, la galère à commencé, avec ses pauvres 1000 euros de chômage mensuel on a dû tout gérer, factures, loyer, mutuelle (oui trop de chômage pour eux donc pas de CMU), la nourritures, les assurances, le carburant de notre voiture, etc… chéri à passé une année à faire des petites missions intérim. Il a donc décidé de chercher un nouveau métier, il a fait une formation d’un an, mais après la formation pas de chômage (car financer par le conseil régional), pas de chômage ? donc on vivra de quoi s’il ne trouve pas de travail ? De RSA !!!!! La formation terminé, il fallait qu’il trouve très vite un travail, la CAF n’avait pas fait le dossier de RSA a temps, on a vécu 3 mois avec 680 euros, on finissait chaque mois à découvert de 200 euros, on a donc pris notre argent que l’on avait mis de côté durant quelques années. Il n’a jamais retrouvé de travail, on est encore au RSA, chaque fois qu’on lui propose du travail, c’est de l’intérim, une semaine maxi, chaque euro qu’il gagne la CAF nous le reprends trois mois après, je t’assure !!! De Sept à Nov il a gagné 900 petits euros (en trois mois, pas mensuel), la CAF nous a repris 1060 euros en Décembre !!!!!! Car pour eux le seuil de pauvreté est de 860 euros, donc en gros, même quand il a bossé, on a touché que 860 euros !!!! On a deux enfants, on n’y arrive plus !!!!

  3. MissBrownie says:

    En début d’année, j’ai découvert que Pôle Emploi ne me considérait plus comme demandeuse d’emploi. Après 13 mois d’indemnités, ils me radient. Bien pour faire baisser les stats.
    J’avais 24 mois de droit suite à mon licenciement mais comme j’ai le statut auto-entrepreneuse, bah maintenant je dois me débrouiller.

Et si tu me laissais un petit commentaire?